E-commerce : le bilan des Journées Oxygène à Marseille

Première plateforme de e-commerce en France et en Europe, Oxatis vient de réunir à Marseille une partie de son réseau clients, partenaires, et institutionnel. Bilan.

ecommerce

Comme les années précédentes, les Journées Oxygène ont rempli toutes leurs promesses. Plus de 200 participants, pour partager échanges entre professionnels – entrepreneurs ou prestataires-, bonne humeur, convivialité, … et profiter d’une bouffée d’Oxygène marseillaise très 2.0.
Sous le regard avisé de Notre Dame de la Garde, les Journées Oxygène, organisées en ateliers, tables rondes et moments d’échanges, ont abordé toutes les thématiques utiles au commerçant afin de développer son activité, ce en compagnie de partenaires prestigieux tels Coliposte, Paypal ou encore Microsoft. De quoi rassurer et booster les entrepreneurs venus en nombre pour bénéficier des avantages de la communauté e-commerce d’Oxatis.
Chaque session était divisée en trois ateliers différents, au choix, selon le niveau d’expertise des participants. Les ateliers « bonnes pratiques » couvraient l’utilisation avancée de l’outil et étaient assurés par les équipes de formation d’Oxatis. Les Ateliers Experts traitaient de sujets plus larges, comme le recrutement à l’heure du web social. Les Ateliers Pro, eux, permettaient aux utilisateurs avancés d’aller plus loin, en détaillant le SEO pour le e-commerce ou l’analyse comportementale des acheteurs via Google Analytics.

2. Deux innovations

A noter parmi la richesse des thèmes abordés deux innovations phares, à suivre de près :

Geraud Felgines, Directeur Marketing Offre Client pour La Poste, a présenté So Colissimo, un nouveau service qui permettra de recevoir ses paquets directement chez soi, ou sur son lieu de vacances, sur des créneaux horaires élargis (y compris le soir), et avec la possibilité de convenirt à l’avance d’un rendez-vous (seulement pour Paris). Ce service est d’ores et déjà intégré à l’offre d’Oxatis.
ClicProtect est une assurance sur les paniers d’achat qui permet de garantir le bon déroulement d’un achat en ligne.

Quel que soit le litige (couvert par les conditions de garantie), ClicProtect (groupe Axa) garantit le montant de la commande et rembourse l’acheteur en cas de problème. Outre le fait que ce soit une garantie supplémentaire pour l’internaute, ce service devrait permettre une diminution du taux d’abandon de panier, en levant les derniers freins qui existent encore chez certains consommateurs.

3. Le langage d’Oxatis

L’ambiance Oxatis : le relationnel, la disponibilité … bref, toutes les qualités du commerçant
« C’est important de revenir à la base. Les relations font le commerce » pour Marc Schillaci, président d’Oxatis. (Source : la Provence)
On avait été prévenu : le but de ces journées était d’échanger et de s’oxygéner. Mission accomplie.

Grâce à une organisation réglée au millimètre près, chacun a pu profiter à la fois du cadre sympathique, de rencontres business, d’intervenants très disponibles pour discuter de l’avenir du e-commerce, ce en France mais aussi en dehors de nos frontières.

Pour Nathalie Perchard, responsable marketing d’Oxatis, cet événement qui prend de l’ampleur, « est le reflet de la relation entre Oxatis et son réseau au quotidien. C’est un rendez-vous annuel qui permet de parler de l’entreprenariat en général, le tout dans une ambiance conviviale

Pendant ces deux journées studieuses, Oxatis a décodé, de manière pédagogique, les us et coutumes, les tendances émergentes, qui permettront à tout commerçant de pouvoir se développer online : réseaux sociaux, référencement, gestion de sa page d’accueil, e-réputation … Présente sur tous les réseaux (Facebook, Twitter, …), Oxatis propose même une solution blog incluse dans le package qui permet à l’e-commerçant de tisser un vrai relationnel avec sa clientèle.
En conclusion, e-commercer dans le langage Oxatis, c’est avant tout être commerçant avec la Web 2.0 attitude en plus !

Post author

Journaliste de formation, j’occupe actuellement la fonction de rédacteur au sein du réseau des sites Internet de services aux entreprises du groupe Libbre.
Je peux justifier d’une expérience de six ans dans la presse quotidienne angevine au sein de trois quotidiens : la Nouvelle République, Ouest-France puis le journal majoritaire en Maine-et-Loire : le Courrier de l’Ouest (2007-2009).

Laisser une réponse