Une formation pour les repreneurs d’entreprise en Avignon

L’Union patronale du Vaucluse et l’Université d’Avignon lancent, dans la cadre d’un partenariat, une formation « reprise et transmission d’entreprise ». Ouverture en septembre 2013.

Porter un projet de reprise d’entreprise nécessite un savoir-faire et bon nombres d connaissances techniques : la négligence d’un détail peut mener à l’échec de l’opération, tant du côté du vendeur que du repreneur.
Conscients des enjeux, l’Union Patronale du Vaucluse  a lancé avec le service de formation continue de l’Université d’Avignon un nouveau diplôme universitaire consacré à la reprise et à la transmission d’entreprise.
Objectif : « Fournir aux repreneurs d’entreprise une formation solide et opérationnelle afin de leur donner toutes les chances de succès dans leur projet ».

Cette initiation de quatre mois s’appuiera sur une équipe pluridisciplinaire constituée de professeurs universitaires, mais aussi de dirigeants d’entreprises, de juristes spécialisés dans le domaine de la reprise d’entreprise.

Le programme va cibler des thèmes variés, allant de la méthodologie de la négociation, à l’élaboration d’un business plan, en passant par la préparation, connaissance des procédures collective, ainsi que l’ensemble des problématiques juridiques, fiscales ou sociales liée à la reprise d’entreprise, surtout s’il s’agit d’une entreprise en difficulté.

210 heures de cours sont au menu de ce DU, étalées sur quatre mois à raison de trois journées par semaine (du mercredi au vendredi). Les cours débuteront le 25 septembre 2013 et se termineront le 24 janvier 2014.
, dispensés au rythme de trois journées par semaine (du mercredi au vendredi), une semaine sur deux. Elle débute le 25 septembre 2013 pour se terminer le 24 janvier 2014.
Le dossier d’inscription est à déposer avant le 14 juin 2013.
Coût de la formation : 4 800 euros.

Post author

Journaliste de formation, j’occupe actuellement la fonction de rédacteur au sein du réseau des sites Internet de services aux entreprises du groupe Libbre.
Je peux justifier d’une expérience de six ans dans la presse quotidienne angevine au sein de trois quotidiens : la Nouvelle République, Ouest-France puis le journal majoritaire en Maine-et-Loire : le Courrier de l’Ouest (2007-2009).

Laisser une réponse